Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Covix et son univers

Poésie, photos, musiques et partage

Mardi poésie... 46-52

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  en ce mardi poésie.
Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 Un poème de Pau Celan...
(1920-1970)
 Aujourd'hui, 

Strie 

Stries, traînée dans l'oeil;
Perdu** perçu à mi-
chemin par les regards.
Grand Jamais filé*** réel,
Revenu.


Chemins, à moitié**** — et les plus longs de tous.


Fils arpentés d’âme,
Trace de verre,
Ré-enroulée
Et maintenant
Voilée de blanc
Par l’OEil-Tu sur l’étoile
Constante au-dessus de toi.


Stries, traînée dans l’œil ;
Que soit gardé
Un signe porté par l’obscur,
Animé par le sable (ou la glace ?) d’un temps
Encore et réglé***** sur la vibrance
Muette d’une consonne.

Grille de parole.

Paul Celan

Traduction – Jean-Pierre Lefèbvre

Éditions nrf — Poésie/ Gallimard  

* Paul Celan voulait envoyer ce poème à Heidegger.
Un lapsus entre Schliere au lieu de Schleir, l’un strie et l’autre voile. Finalement Strie dans ce rôle poétique retrace les deux modes que l’on retrouve dans le poème.
** Perdu Substantif au même titre que Grand Jamais plus loin.
*** Wirklichgesponnen—inexistence dont, à force de tordre les brins, on a fait un fil réel. 
**** Sans doute : à moitié longs.
***** Stimmen : accorder un instrument de musique.

 

 

 

 Pour en savoir plus ICI.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ce ne doit pas être évident de traduire un poème
Répondre
M
Un peu compliqué pour moi. Bonne journée. Bises
Répondre
M
C'est beau même si je n'ai pas compris grand-chose. Bisous
Répondre