Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Covix et son univers

Poésie, photos, musiques et partage

Mardi poésie... 45-52

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  en ce mardi poésie.
Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 Un poème de Charles Lecomte de Lisle...
(1818-1894)
 Aujourd'hui, 

La mort du soleil

Charles Leconte de Lisle, Poèmes barbares, 1872.

Le vent d’automne, aux bruits lointains des mers pareil,
Plein d’adieux solennels, de plaintes inconnues,
Balance tristement le long des avenues
Les lourds massifs rougis de ton sang, ô soleil !

La feuille en tourbillons s’envole par les nues ;
Et l’on voit osciller, dans un fleuve vermeil,
Aux approches du soir inclinés au sommeil,
De grands nids teints de pourpre au bout des branches nues.

Tombe, Astre glorieux, source et flambeau du jour !
Ta gloire en nappes d’or coule de ta blessure,
Comme d’un sein puissant tombe un suprême amour.

Meurs donc, tu renaîtras ! L’espérance en est sûre.
Mais qui rendra la vie et la flamme et la voix
Au cœur qui s’est brisé pour la dernière fois ?

 

 

 Pour en savoir plus ICI.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Espérons que le soleil ne meure pas......Bisous bisous
Répondre
R
Espérons que le soleil ne meure pas......Bisous bisous
Répondre
R
Espérons que le soleil ne meure pas......Bisous bisous
Répondre
K
Ce serait dommage que le soleil meure Je ne me suis jamais vraiment intéressée aux poèmes j'en ai lu de beaux pourtant . Bon choix
*** Lady Marianne était une perle je l'ai rencontrée avec son mari On avait fait le projet de se revoir Hélas..**
Répondre
M
Très joli poème, triste à la fois
Moi aussi je publie souvent un poème le mardi. Une habitude prise aussi avec le défi de Lady Marianne.
Bonne journée
Bises
Répondre
M
Rien de plus triste que la mort du soleil, mais heureusement dans ton poème il renaitra
Répondre
M
Superbe poème. J'aime particulièrement la fin bisous
Répondre