Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Covix et son univers

Poésie, photos, musiques et partage

Un coin tranquille... 2

 

 

... Pour lire!

 

Avec ce billet, je vais vous parler lecture…

  Je vous en avais parlé, quand on aime ou que l’on veuille le découvrir, notre Pirate Corto Maltese avec sa dernière aventure à ne pas manquer.

Océan noir -- Éditions Casterman.

 Là, je vais vous parler de mes dernières lectures. Deux auteurs japonais que j’apprécie beaucoup.

   Le premier ouvrage, six nouvelles de Ysunari Kawabata regroupées sous le titre « Première Neige sur le Mont Fuji », Éditions biblio – Le Livre de Poche.

 

Pour commencer, je me suis mélangé les neurones en lisant les premières lignes de cette première nouvelle. Je ne comprenais pas le dialogue qui me semblait à l’envers de la présentation… Une, deux, trois tentatives… il y a un truc qui cloche, me dis-je… en effet, j’ai pris cette narration pour une autre œuvre dont je parlerai après…

 Bref, la bévue est remise au placard et je peux suivre normalement le déroulement de ce voyage des deux protagonistes du récit. Un pèlerinage, tant dans leurs passés que vers le lieu de celui-ci.

  Pour ces six nouvelles, nous sommes dans le Japon des années 1950/1960, l’après-guerre et le redressement, la guérison des blessures et son entré dans les 30 glorieuses.

 EN SILENCE, deuxième nouvelle, visite d’un écrivain à son maître spirituel. Ce dernier est paralysé, il ne peut plus écrire ni parler, mais il comprend les propos tenus. Sa fille s’occupe de lui et parle pour lui aussi.

TERRE NATAL, un autre retour au pays. Rencontre avec une enfant, une grand-mère… L’esprit des morts que l’on retrouve dans la culture japonaise…

 GOUTTES de PLUIE, ce n’est pas la fortune, et elle loue une partie de son habitat, il pleut, et dans la maison aussi…

 Une RANGÉE D’ARBRES, un matin, partant pour son travail, il remarque que les arbres d’en bas non plus de feuilles et que ceux d’en haut les ont gardés… Le soir en revenant, la conversation tourne autour de ce phénomène…

 

La JEUNE FILLE et son ODEUR, ils se donnent rendez-vous derrière un temple, toujours vers le même arbre, non loin de la sépulture de sa mère, choix de la jeune fille. Le Jeune homme trouve qu’elle a une odeur particulière et il l’apprécie.

Première neige sur le mont Fuji

Yasunari Kawabata

Éditions biblio- Le Livre de Poches

 

 

Sémi

 

 

Aki Shimazaki nous entraîne à la rencontre de la maladie d’Alzheimer et la vie des cigales…

  Fujiko Niré, l’épouse de Tetsuo Niré. Ils sont mariés depuis plus de 40 ans, ils ont eu 3 enfants, deux filles et un garçon. L’aînée des filles est partie très vite des suites de son cancer. La cadette est mariée et le garçon aussi. Comme le voudrait la tradition, et ses parents. Il aurait été souhaitable qu’il reste à la maison familiale et que le couple s’occupe des anciens. Mais le garçon n’y tenait pas. Sa mère, Fujiko, commence à développer les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Le fils aide ses parents à trouver une maison de retraite où ils seront bien soutenus, encadrés.

  Les parents vendent la maison et s’installent dans un établissement où ils sont comme chez eux en ayant emportés quelques meubles nécessaires. Tout se passe bien jusqu’au jour, un matin, un grain de sable enraille la mécanique.

  Tetsuo se réveille, il ne voit pas sa femme, pas de plaquette pour dire où elle est partie, il pense à une fugue et s’élance à sa recherche…

 En bas, à l’administration, il aperçoit sa femme qui discute avec l’infirmière Y…

  Cette dernière fait comprendre à Mr Tetsuo que sa femme ne le reconnait plus et qu’elle est étonnée de voir un étranger dans sa chambre !

 L’homme est désarmé, il est dans un désarroi, il devra quitter cette chambre, peut-être même l’établissement, les places sont rares…

  L’infirmière propose, dans un premier temps, de mettre un paravent entre les deux lits offrant ainsi une séparation aux deux occupants de la chambre… Fujiko accepte l’idée et Tetsuo se sent légèrement soulagé…

 L’infirmière Y explique à Mr Tetsuo qu’il ne faut pas la contrarier, mais plutôt l’accompagner dans ses délires…

  Ainsi, Mlle Fujiko présente-t-elle Mr Tetsuo comme son fiancé…

  Les chapitres sont très courts, quatre, cinq pages. Cela donne un rythme à ce roman. Le sujet est grave, mais traité avec douceur, tendresse. J’ai commencé à lire quelques chapitres dans des instants de détente et dimanche 12 septembre au soir, je pris le livre en main dans le lit et… je ne le quittais qu’une fois terminée, je le posais sur le lit dans une grande respiration…

 Entre les diverses cigales, celles du matin, celle de l’après-midi, la femelle, le mâle qui ‘chante’ pour attirer la belle, sa durée de vie très courte en contrepartie de sa vie de larves qui dure plusieurs années… et l’évolution de ce nouveau couple avec des rebondissements dignes d’un bon polar, je ne pouvais pas le lâcher avant d’arriver à sa conclusion.

  L’amour, la tendresse, la compassion, les rebondissements, bref, je vous recommande ce livre, c’est, malgré la douleur du thème en filagramme, une belle leçon de vie.

 

Sémi

Aki Shimazaki

Éditions Actes Sud

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Merci pour la présentation de ces ouvrages le deuxième me tente beaucoup .
Répondre